Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ninjaboy.com

Le blog qui donne gout a la piste !

Trucs et astuces pour bien se lancer sur la piste .

7. LES REGLES DE ROULAGE

Rouler sur piste implique de respecter certaines règles de bon sens et de sécurité. La plupart du temps, ces règles vous seront expliquées par l'organisateur du roulage au début de la journée (si ce n’est pas le cas, vous serez en droit de vous poser des questions sur la qualité de l’organisation). Mais par sécurité, voilà un petit bilan des principales règles à connaître :

- les groupes de niveau : il y a toujours plusieurs groupes de niveau : les débutants (voire vrais débutants), les intermédiaires et les confirmés (ou pros ou expert). Il est difficile de se juger, surtout quand on débute. On peut se croire le roi du chrono, et, une fois sur piste, se rendre compte qu'on est à la masse. Donc un conseil si vous débutez : ne vous surestimez pas. D'une, vous ne prendrez aucun plaisir, puisque vous allez vous faire passer tout le temps. De deux, vous représenterez un danger pour vous comme pour les autres. Le monde de la piste est différent du monde de la route, et le cador de quartier que vous êtes pourrait se transformer en désillusion lors votre 1ère journée piste. Ne vous inquiétez pas : ce n'est pas parce que vous êtes débutants que vous êtes ridicules. Et les prétentieux sont rapidement remis à leur place).

- Si vous arrivez sur piste avec votre moto de route, n'oubliez pas d'enlever vos rétros (autre solution : les replier ou scotcher la glace) : c'est une règle de base sur piste : c'est à celui qui arrive derrière de s'adapter à votre conduite, pas à vous. Donc enlever vos rétros, ça vous évitera de regarder en continu derrière vous pour être sûr de ne pas gêner (ce qui vous évitera de changer votre traj en pensant faciliter à l’autre le dépassement. Croyez nous : ce sera tout l’inverse).

- Gardez vos trajectoires : bien évidemment, si vous êtes débutant, vous allez travailler vos trajectoires et les modifier en cours de journée. Mais éviter de zigzaguer (ce qu’on appelle « balayer la piste »). Il faut que la personne qui veuille vous dépasser puisse savoir comment le faire sans prendre de risque.

- Laisser chauffer ses pneus : le goudron d'une piste est souvent beaucoup plus abrasif que la route : en conséquence, les pneus chauffent plus vite et mieux, et tiennent le parquet. Attention cependant : prévoyez au minimum un bon gros tour de chauffe pour vos pneus, sans prendre trop d'angle, au risque de les voir décrocher assez rapidement : d’une part vous risquer de vous blesser et d’abimer votre bécane, d’autre part, vous allez énerver tout vos copains de session. Ne zigzaguez pas pour faire chauffer vos pneus (ce sont les accélérations et les freinages des premiers tours qui vont chauffer le pneu). Pensez également à baisser les pressions de vos pneus (Si pneus de route (Michelin Power, Dunlop D209, Bridgestone BT016, baissez de 0,3bars environ par rapport aux pressions constructeurs. Si pneus de piste, type Pirelli Supercorsa ou Michelin Power Race, c’est généralement 2,1bar à l’avant et 1,9bar à l’arrière). Ne baissez pas exagérément les pressions de pneus routiers : leurs carcasses sont plus souples que les carcasses des pneus « piste » et ne sont pas prévues pour rouler avec des pressions trop basses.

- En cas d'accident sur la piste : si c'est vous qui tombez, ne repartez pas ! Allez vous mettre à l'abri, et le camion viendra vous récupérer. (Si vous repartez, vous risquez de laisser de l'huile ou des pièces sur la piste, ou des gravillons du bac à graviers). Idem, si un de vos potes (ou un inconnu) se viande, ne regardez pas l'accident (votre moto va là ou vous regardez !) et ne vous arrêtez pas ! Vous risquez de créer un sur-accident. Si drapeau jaune, ralentissez. Si drapeau rouge, rentrez aux stands et attendez tranquillement d’avoir des news de votre pote.

- Les drapeaux : Il y a des drapeaux sur piste (parfois, ce sont des feux) : respectez-les ! Ils sont présentés pour votre sécurité et vous prenez le risque de vous faire exclure de la piste pour la session - voire de vous faire exclure pour la journée complète – si vous les ignorez.

- Le drapeau jaune veut dire qu'il y a un accident ou un événement (objet sur la piste par exemple) : vous devez ralentir un peu, rester vigilants et ne pas doubler.

- Le drapeau rouge : ça, ça veut dire que la session est terminée, soit parce que c'est la fin de la session, soit parce qu'il y a un contretemps (huile sur la piste, gros accident...) qui oblige les organisateurs à vous faire sortir collectivement.

- Le drapeau noir : c'est un drapeau sorti à titre individuel. Ca, ça veut dire que vous êtes le grand gagnant du jour. Vous avez fait quelque chose de dangereux (ex : doubler sous le drapeau jaune, comportement dangereux...) et que la session est terminée pour vous (vous devez sortir immédiatement).

- Le drapeau à rayures horizontales jaune et rouge est agité pour vous signaler également un changement d’adhérence (huile, pluie). Bien des circuits ne sont pas équipés de ce drapeau lors les roulages « amateurs ». C’est alors le drapeau jaune qui vous sera présenté (l’organisateur le précisera lors du briefing)

- Le drapeau bleu, vous ne l'aurez jamais : il signifie qu'il y a un ou plusieurs pilotes plus rapides que vous et qui sont en train de vous prendre un tour... (ces drapeaux ne sont sortis que lors de vraies courses).

Bien évidemment, il existe plein d'autres drapeaux (notamment pour les conditions climatiques changeantes etc...), mais ils ne sont pas présentés lors des entrainements amateurs auxquels vous participerez.

- Wheelings/stoppies... sont bien évidemment strictement interdits (sauf s'ils sont involontaires) et vous exposent au drapeau noir.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article